C’est quoi exactement?

Le mot Tangka, que l’on peut écrire de différentes façons: thangka, thanka ou encore tanka, est un mot sanscrit qui signifie « chose que l’on déroule ».

C’est une peinture sacrée sur toile caractéristique de la culture tibétaine.

Les Tangkas représentent:
-des Mandalas (ça, vous devez certainement connaitre),
-des divinités du bouddhisme tibétain (pour comprendre ce qu’est une divinité dans le bouddhisme, vous pouvez aller voir la définition de Wikipédia par ici),
-parfois des calendriers
-des portraits du Dalaï-lama

Ils sont en général réalisés sur des toiles apprêtées, puis le dessin est fait au fusain et enfin l’artiste pose la peinture à base de pigments naturels(lapis-lazuli, malachite…).

Ils ne sont que très rarement signés car les tibétains n’ont pas la même approche que nous de l’art. Les Tangkas ne sont pas des œuvres a but artistique. Ils servent plutôt à raconter une histoire, à protéger, à soutenir, etc.


​Recevez votre ​1er cours gratuit


​8 ÉTAPES POUR DESSINER UN BOUDDHA

​Le guide pas à pas pour réaliser votre 1er Tangka

On trouve donc au dos de ces peintures des mantras ou des bénédictions.

Ils peuvent être de petite taille ou gigantesques (plusieurs dizaines de mètres).

Contrairement à ce que tout le monde s’imagine, les Tangkas sont exécutés le plus souvent par des artistes laïcs voire des artisans issus de familles de peintres et rarement par des moines bouddhistes.
Bien que ces artistes soient laïcs, le bouddhisme tibétain exige tout de même que les artistes peignant des divinités doivent avoir reçu l’initiation (transmission rituelle qui confère le pouvoir de la classe des divinités) correspondant à la classe de la divinité peinte.

10- Les Tangkas sont en général réalisés sur commande pour des occasions particulières comme une maladie, des problèmes, un décès ou une pratique religieuse car «ces peintures auraient le pouvoir d’améliorer une situation pénible ou exaucer un désir car elles permettent la «suppression» d’un obstacle physique ou mental ou de créer les conditions favorables à une bonne santé tout au long de sa vie» (extrait du livre La Peinture Tibétaine de D. et J. Jackson).

Le but des Tangkas est donc « d’écarter la souffrance, d’obtenir bonheur et longévité, et de s’assurer une existence heureuse après la mort».

On choisi donc la divinité en rapport avec le résultat voulu.

Chaque objet peint a une signification particulière. Rien n’est peint au hasard.

Même les couleurs ont une signification précise.

Pour les bouddhistes, ces peintures sont d’excellents support de méditation et s’ils les réalisent eux-même, cela amplifie fortement leurs pratiques.

Tout le monde peut faire des Tangkas mais pas toutes les divinités (voir n° 9).

Les plus anciens Tangkas sur tissus (découvertes) remonte aux environs du 8ème siècle.

Les Tangkas font partis des arts Regong. Les arts Regong regroupent les arts concernant le bouddhisme tibétain (peinture, sculpture, broderie, architecture, gravure).
Les arts Regong sont sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité depuis 2009.

Il est possible d’être diplômé en art des Tangkas dans des écoles du Tibet ou de Chine.

Si vous souhaitez connaitre tous les bienfaits de cet art, venez voir par ici: les bienfaits

Rendez-vous sur Hellocoton !

​Recevez votre ​1er cours de Tangka gratuit

%d blogueurs aiment cette page :